La normalisation soutient la croissance

A l’occasion de la 45e journée mondiale de la Normalisation le 14 octobre prochain, la FIPEC rappelle l’opportunité économique que représentent les normes. Garantie du niveau de qualité, réduction des coûts de production, la normalisation soutient la croissance et favorise l’exportation.

Télécharger le communiqué en PDF

Les normes, socle de la croissance 

Dans un contexte de globalisation des marchés, la normalisation apporte un atout compétitif par la garantie des performances.

L’entreprise qui participe aux travaux de normalisation, contribue à définir les règles de son marché en prenant en compte les caractéristiques techniques de ses produits et les spécificités de son secteur.

Quelle que soit sa taille, l’entreprise, en participant aux travaux de normalisation, se dote d’atouts concurrentiels qui permettent : 

  • de faciliter l’introduction des innovations sur un marché,
  • d'anticiper les évolutions réglementaires,
  • d'introduire des solutions adaptées à la compétence de l’entreprise,
  • de consolider l’approche commerciale sur les marchés compétitifs et mondialisés.

Focus sur la 45e journée mondiale de la normalisation

Les normes créent des règles du jeu équitables…

En définissant le cadre d’une concurrence loyale et en assurant les bases de la croissance, les normes internationales préparent le terrain pour les entreprises et les économies du monde entier, car elles font en sorte que tout le monde respecte les mêmes règles. Issues d’une démarche ouverte et transparente entre toutes les parties prenantes, les normes permettent de créer des règles du jeu équitables.

Organisée par l’ISO (Organisation internationale de normalisation) et célébrée le 14 octobre de chaque année depuis 1970, la journée mondiale de la normalisation permet de mettre en lumière un instrument stratégique pour les entreprises et une garantie fiable pour les consommateurs.

LA FIPEC, une fédération proactive

Avec ses 5 syndicats, la FIPEC est à l’origine de plusieurs normes, qu’elles soient françaises (AFNOR), européennes (CEN) ou mondiales (ISO). Avec son département Technique & Réglementaire, elle est impliquée dans de nombreuses commissions.

Au niveau français (AFNOR)

  • T30 A : peintures et vernis
  • T76 A : colles et adhésifs
  • S51C : jouets
  • P83A : matériaux et produits isolation thermique
  • X46D : diagnostics dans les immeubles bâtis
  • X 457 : nanotechnologies
  • X 85A : produits biosourcés

Au niveau européen (CEN)

  • CEN TC 139 : peintures et vernis
  • CEN TC 352 : nanotechnologies

Au niveau mondial (ISO)

  • ISO TC 35 : peintures et vernis
  • ISO TC 229 : nanotechnologies
  • ISO TC 61 : adhésifs polymériques

A travers 2 experts, l'Association des Fabricants de Couleurs pour l'Art, le Loisir et l'Enseignement s'est engagée depuis 2010 dans les travaux de la Commission AFNOR S51C concernant la sécurité des jouets. Plus récemment elle s'est impliquée au niveau européen au sein du Comité Technique TC52 du CEN. « Il nous a paru primordial de participer aux travaux de normalisation de l'AFNOR et du CEN afin que le point de vue des fabricants de peintures pour jouets soit bien pris en compte ». Christophe de Deyne, Responsable des Affaires réglementaires de la société Pébéo et représentant de l'AFCALE à la commission S51C « jouets ».

Depuis 2011, l'Association Française des Industries des Colles, Adhésifs et Mastics participe à la Commission de Normalisation « colles et adhésifs » AFNOR T76A et en est devenue « commanditaire majoritaire » à la fin de l'année 2013.
« En tant qu'organisation professionnelle représentative des intérêts communs, nous nous devons de veiller à la maitrise des évolutions réglementaires. Etre proactifs permet d'imposer, au travers des normes, les solutions les plus pertinentes ». André Mayer, Directeur Recherche Développement France de Bostik et représentant des colles à la Commission T76 A « Colles & Adhésifs ».». André Meyer, Directeur Recherche Développement France de BOSTIK.

Dernièrement, le Syndicat National des Industries des Peintures, Enduits et Vernis est également devenu « commanditaire majoritaire » de la Commission de Normalisation des Peintures et Vernis T30A. Cette commission gère l'ensemble des normes du secteur, soit 350 normes dont 40% sont relatives aux méthodes générales d'essais et 24% à l'anticorrosion. « Elle est un outil de défense des intérêts d'une profession ; un outil d'élargissement de ses marchés ; un outil qui permet de canaliser les ardeurs réglementaires et d'en minimiser les coûts ». Henri JARDIN, Président de la Commission « enduits de peintures » du SIPEV.

En plus d'être un outil de protection et de maîtrise des risques, la normalisation est un outil de conquête. Elle représente un facteur de différenciation déterminant pour l'entreprise dans sa quête de parts de marché en lui donnant accès à des appels d'offre dont le cahier des charges impose les normes de référence.
Parce que l'influence de la France dans les comités de normalisation est primordiale, la FIPEC, avec ses adhérents, est partie prenante et proactive dans tous les domaines où la normalisation apparaît comme stratégique.


  • lundi, 06 octobre 2014

Contact

Page LinkedinPage TwitterPage Youtube